Japan-aholic

Voyage au Japon, pays du soleil levant

Ces Enfants Japonais

7 Commentaires

OK. Ce qui suit est vraiment incroyable, et pourtant, c’est la réalité japonaise. Attachez votre ceinture.

Parlant d’attacher sa ceinture : au Japon, dans la ville où je vis présentement, les enfants sont totalement libres de se promener dans la voiture pendant que celle-ci EST EN MARCHE. Eux, du moins d’après ce que j’ai vu, ils ne s’attachent jamais. Et ce n’est pas que la police ne surveillent pas, oh non. Ça coûte même très cher se faire arrêter pour ce genre d’infraction ici. « Pourquoi les parents les attachent pas d’abord? En plus c’est dangereux! », me direz-vous. En effet. Je ne comprend pas encore très bien pourquoi les parents ne leur mettent pas la ceinture, ET qu’ils assoient leurs enfants de moins de 12 ans (incluant la petite de 3 ans) sur le siège avant côté passager. Mais je peux peut-être faire des liens entre certains aspects de la vie quotidienne de ces enfants pour démystifier tout ça.

Avant toute chose, il semble que l’une des qualités les plus importante au Japon est d’être travaillant. Par exemple, ça fait une semaine que je suis ici et je n’ai seulement croisé qu’une seule fois mon père d’accueil. Il doit probablement commencer le travail vers 7:30 du matin et finir vers 23:00. Il est en congé le dimanche. That’s it. Et détrompez-vous, ce n’est PAS un cas isolé. De nombreux Japonais vont au travail suivant cette plage horaire, à quelques détails près. Le mari de ma mère d’accueil est un salary man, c’est-à-dire un cadre non-dirigeant d’une entreprise. Mais cadre au Japon, c’est pas comme cadre au Canada. Pour faire cette profession, ça prend un baccalauréat (4 années d’études). Bon, c’est pas rien un bacc, mais au Canada on devient pas cadre avec ça sans avoir fait une formation spécialisé au minimum.

Et donc, mon père d’accueil ne voit pratiquement jamais ses enfants. J’imagine qu’il doit les voir quelques minutes le matin, mais c’est tout. C’est donc la mère qui s’occupe des enfants en majeur partie du temps. Toute seule. Ce n’est pas tâche impossible, mais je l’admire.

Heureusement (ou malheureusement?), les petits commencent l’équivalent de notre maternelle à trois ans. Au Japon, ils appellent ça « day care ». Mais honnêtement ça ou la maternelle, c’est la même chose. Et donc, ça laisse ma mère d’accueil respirer un peu pendant le jour.

Maintenant, ce n’est que le début.

Après le « day care », mon frère d’accueil (je rappelle, pour le bien de cet article, qu’il n’a QUE SIX ANS) va au « Kumon », une salle d’étude où on apprend, entre autres, les mathématiques et l’anglais pendant au moins une heure. Ensuite, il va à son cours de karaté. Après son cours de karaté et après le souper, il va, selon le jour de la semaine, à un cours de piano/une course préparatoire pour le marathon de la ville/un cours d’anglais. Et même, il y a plus intense que ça encore. Dans une autre famille que j’ai rencontré, la petite (de 6 ans aussi) pratique son oreille musicale en se levant le matin, avant d’aller au « day care ». En effet, elle sait TOUTES les notes de musique À L’OREILLE, incluant les bémols et les dièses bien sûr…

Tantôt, juste pour le fun, j’ai demandé à ma maman d’accueil jusqu’à combien son fils sait compter (en japonais, ça va de soi. Ha. Haha.) Eh bien non seulement il sait compter jusqu’à plus de 1000 en japonais, mais il s’est aussi mis à compter, devant moi comme ça, jusqu’à plus de cent EN ANGLAIS. Et la petite de trois ans sait compter jusqu’à 10 en japonais et 10 en anglais.

Attendez. Je demande un retour en arrière.

Quand moi, petite québécoise que je suis, j’avais six ans, je savais compter jusqu’à 70. En français. Point. Et le pire c’est que c’était moi qui comptait le plus haut de toute ma classe maternelle. Ne riez pas.

Ce n’est pas tout! Mon petit frère d’accueil sait lire et écrire les hiraganas, les katakanas, quelques kanjis et l’alphabet romain. Il peut me réciter l’ABC en anglais n’importe quand. Si je me souviens bien, quand j’avais 8 ans (et que j’étais dans une classe de 9 ans), on récitait l’alphabet en anglais et au moins la moitié de la classe ne savait plus le reste après la lettre « P ».

Est-ce que c’est moi qui allait vraiment dans une école pourrie ou…? En tout cas.

Et le petit garçon ne sait pas que lire et écrire l’anglais. Il sait aussi le parler! Il se présente parfaitement, me montre ses amis, me dit ce qu’il aime/n’aime pas, ce que sa soeur aime/n’aime pas, son âge, les animaux, les fruits et légumes, etc.

Selon plusieurs études, le Japon a un niveau de suicide très élevé. Mais en fait, ce n’est pas de la manière dont on le pense. Après le fait d’être travaillant, l’une des caractéristiques les plus importante chez les Japonais, c’est le sens de l’honneur. En plus d’avoir un sentiment nationaliste très fort, si on déshonneur de quelconque manière que ce soit sa famille, son entourage ou son pays, autant mourir. C’est ce qu’on appelle le bushido, bushi étant « guerrier » et do la « voie », donc « la voie du guerrier ». Ça remonte en fait au temps des Samouraï, ces hommes défendant leur pays, le Japon, et allant même jusqu’à se planter leur propre arme (le « katana ») dans leur ventre s’ils avaient commis une faute. D’ailleurs, tout le monde se souvient très bien des kamikazes durant la Seconde Guerre Mondiale. Pour l’honneur, ils étaient prêts à se sacrifier. Mais le déshonneur se trouve en toutes choses, comme par exemple un concours d’entrée ratté pour aller dans l’une des plus prestigieuse Université du Japon…

Voilà. Je me dis que ça doit être l’une des raisons pourquoi les enfants Japonais étudient tout le temps. D’après ce que j’ai compris, le modèle scolaire du Japon est fait de sorte que c’est la renommée des écoles où l’on va qui détermineront entièrement notre futur. Et pour accéder à de bonnes écoles, il faut faire partie de l’élite. Les enfants se font littéralement bourrer le crâne d’informations qu’ils doivent mémoriser.

(Pour en savoir plus sur le système scolaire japonais, cliquez sur ce lien. http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_%C3%A9ducatif_au_Japon
C’est vraiment très intéressant!)

En tant qu’humaine, j’imagine que ma mère d’accueil, voyant que ses enfants travaillent si fort, ne veut pas leur ajouter du poids sur les épaules. Je ne dis pas que ses enfants sont mal élevés, au contraire. Ils sont toujours très polis et gentils avec moi. Mais par exemple, elle nourrit encore son fils en tenant sa fourchette durant le souper, après avoir fait la même chose avec sa fille. Elle laisse celle-ci lui tirer littéralement la peau du cou, en disant que c’est parce qu’elle est nerveuse. Elle la console et s’excuse auprès d’elle quand elle crie et pleure parce qu’elle est jalouse que sa mère soit aller jouer avec un autre enfant. Les enfants de l’autre famille que je connais peuvent se battre à coups de pieds et à coups de poings pour finalement s’en sortir sans aucunes punitions. Et personne n’attache leur ceinture dans l’auto.

Bon. Cela dit, je ne juge pas! C’est juste totalement différent du monde occidental auquel je suis habitué. Et malgré le fait que les enfants sont rois, ils ne se comportent jamais mal en public. Leurs agissements suivront le modèle japonais selon les notions d’honneur et d’éviter d’être une nuisance pour les autres.

À bientôt!

Publicités

Auteur : Jasmine

Jasmine is a 20-something years old French-Canadian student and part-time blogger who loves traveling, drawing, listening to (all kind of) music and eating (everything). To achieve one of her biggest dream, she went in Japan for two months and a half as a tourist in 2013. She was an exchange student at Daito Bunka University in Saitama (near Tokyo) during the year 2014 - 2015. She is now studying to eventually become a nurse back in Canada, so she lacks time to write about Japan. You can still read all her posts on her blog, since she'll let them there for you to enjoy :)

7 réflexions sur “Ces Enfants Japonais

  1. J’avais déjà entendu parlé de la pression et du système d’éducation au Japon mais avoir des comparatifs aussi précis (nombre de chiffres connus, capacité à parler plusieurs langues, etc.) permet vraiment de mieux mettre tout cela en parallèle avec notre culture. C’est vraiment surprenant!

  2. Bon, le commentaire peut paraitre déplacé mais je vous assure que je ne dis pas ça méchamment : En fait, en se suicidant ainsi après un échec, ils créent eux-mêmes une sélection naturelle ! C’est clair que les occidentaux vont se faire piétiner un jour ou l’autre. on s’est pas assez «sélectionné» comparativement à eux! :S

    • Ouais dans un sens c’est pas faux. Sauf que la sélection en temps que telle peut prendre différente forme. Si tous ceux qui sont pas bon à l’école se suicidaient, yaurait juste l’elite qui resterait. Sauf que selon le modele scolaire du Japon, l’elite, cest ceux qui savent tout par coeur. Mais dans un monde ou tout devient de plus en plus creation et imagination, c’est pas pratique d’avoir aucunement développé son sens de la créativité. Ce que je veux dire c’est que ça prend de rout pour faire une société qui réussira 🙂

  3. en effet ! P

  4. Wow, j’ai beaucoup aimé te lire ce soir! Dis tu vas vouloir visiter un autre pays après? On dirait la course autour du monde mais décrit de façon très très intéressante!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s